Voir vieillir ses proches, c’est prendre douloureusement conscience de sa propre décrépitude

Attention…entouré de trop de sollicitude, c’est que la vieillesse approche à grands pas!

Petit meurtre de rien du tout

Petit meurtre de rien du tout 1 seul personnage Jeanne, la quarantaine, un peu décalée… Acte 1 Le rideau s’ouvre, un coup de feu, Jeanne apparaît, complètement éberluée, on voit les pieds d’un homme couché à terre dépasser. Jeanne un revolver à la main Ah bien ça alors, comment ça marche ces machins là ? Je…

Poursuivre la lecture →

On est toujours exilé de quelque chose, de sa jeunesse, de son enfance, quelques fois de soi même!

La mémoire passe obligatoirement par « les mots » ; les idées ne sont que des suites de mots non-dits.

Le choix ne peut qu’être mauvais puisqu’il sous-entend l’abandon de quelque chose.

Le véritable amour, c’est d’aimer sans savoir, de laisser à l’autre sa part de secret.

Le passé raconté plus tard n’est plus le passé car il change à tout moment et se nourrit de tout ce qui est advenu ensuite ; il n’est fait que d’erreurs,  d’exagérations, de trucages ou au contraire de banalisations des sentiments à cause d’une pudeur instinctive. Dire j’ai montré mon cul est finalement plus facile que dire combien j’ai aimé un homme, ce que j’ai ressenti. Il faut avoir le courage de la vérité même si  elle est déjà autre, passée au tamis des ans et censurée à l’aulne des sentiments.

Petit meurtre de rien du tout

C’est comme ça, elle l’a tué ; il n’avait qu’à pas laisser traîner son fusil de chasse ; et chargé en plus, c’est dangereux n’est-ce-pas ? Oh, il a eu le bon goût de s’écrouler, tout d’un coup comme si le sol s’était dérobé sous ses pieds. Pas de dernier regard ni stupéfait ni suppliant, donc, pas de…

Poursuivre la lecture →

S’indigner, dire non, ne penser que « liberté » est la seule façon de continuer à vivre pleinement