Fonce, vas-y, n’aie pas peur

 

 

 

 

 

 

Jeanne​​ Sialelli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fonce,​​ vas-y,​​ n'aie​​ pas​​ peur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Théâtre

 

 

 

 

 

L'endroit :

 

Il​​ est​​ étrange ;​​ il​​ va​​ assez​​ souvent​​ se​​ transformer :​​ jeux​​ de​​ glaces,​​ une​​ grande​​ horloge​​ sans​​ aiguilles,​​ reflets​​ et​​ ombres.​​ Du​​ côté​​ droit​​ de​​ la​​ scène,​​ l'arrivée​​ d'un​​ « boyau »​​ d'1,5​​ m​​ de​​ diamètre​​ à​​ peu​​ près ;​​ c'est​​ par​​ là​​ qu'arrive​​ à​​ grand​​ bruit​​ un​​ certain​​ nombre​​ de​​ personnes.​​ De​​ l'autre,​​ une​​ porte,​​ La​​ Porte,​​ qui​​ s'ouvre​​ toute​​ seule ​​​​ et​​ en​​ « aspirera ».​​ 

Des​​ murs/miroirs​​ qui​​ se​​ reflètent​​ les​​ uns​​ dans​​ les​​ autres​​ pour​​ montrer​​ l'enfermement​​ de​​ l'homme​​ sur​​ l'homme​​ qui​​ est​​ partout,​​ du​​ plus​​ grand​​ au​​ plus​​ petit. ​​​​ 

La​​ seule​​ issue,​​ c'est​​ « La​​ Porte »

 

En​​ fond​​ de​​ scène,​​ un​​ grand​​ écran​​ pour​​ video

 

 

 

Les​​ personnages :

 

Selon​​ l'ordre​​ d'arrivée​​ en​​ scène :

Victor : ​​​​ Vieux​​ Monsieur,​​ 70​​ ans,​​ pantalon​​ de​​ velours,​​ chemise​​ en​​ laine​​ à​​ carreaux,​​ une​​ canne​​ sur​​ laquelle​​ il​​ s'appuie et​​ une​​ sorte​​ de​​ manteau​​ houppelande.​​ L'ensemble​​ est​​ très​​ vieux,​​ usé.

 

Thalis : ​​​​ beau​​ garçon,​​ style​​ poète,​​ chat​​ écorché,​​ cheveux​​ un​​ peu​​ longs,​​ chemise​​ ouverte

 

Une​​ femme,​​ son​​ nourrisson​​ dans​​ les​​ bras.​​ Elle​​ ne​​ fera​​ que​​ passer

 

Romeo​​ et​​ Juliette​​ tels​​ que​​ nous​​ les​​ imaginons

 

Marie-Madeleine :​​ une​​ petite​​ cinquantaine,​​ ancienne​​ prostituée,​​ très​​ maquillée,​​ vêtements​​ aux​​ couleurs​​ voyantes,​​ franc-parler.

 

 

 

Le​​ rideau​​ s'ouvre.

En​​ scène​​ deux​​ personnages,​​ Victor,​​ le​​ vieux​​ monsieur​​ est​​ assis;​​ il​​ semble​​ là​​ depuis​​ longtemps,​​ très​​ longtemps,​​ il​​ est​​ « poussiéreux »​​ comme​​ l'autre​​ homme​​ plus​​ jeune,​​ Thalis.​​ 

 

On​​ entend​​ un​​ bruit​​ d'expulsion​​ et​​ est​​ projeté​​ sur​​ scène​​ un​​ soldat​​ en​​ armes,​​ débraillé,​​ sale,​​ exténué ;​​ il​​ est​​ éberlué,​​ tombe,​​ se​​ relève,​​ retombe​​ et​​ ne​​ bouge​​ plus.​​ Aucun​​ des​​ deux​​ ne​​ va​​ à​​ son​​ secours.

 

Victor​​ ​​ -​​ Pour​​ une​​ fois​​ qu'on​​ allait​​ pouvoir​​ bavarder,​​ ce​​ ne​​ sera​​ donc​​ jamais

 

Thalis​​ marchant​​ et​​ chantonnant​​ (Air​​ de​​ Capri​​ c'est​​ fini)-​​ Jamais,​​ jamais...nous​​ n'irons​​ plus​​ jamais...la​​ la​​ la​​ la​​ la...​​ Nous​​ n'irons​​ plus​​ jamais,​​ tu​​ viens​​ de​​ me​​ quitter...​​ 

 

Victor​​ regarde​​ le​​ soldat ;​​ silence ​​ ​​​​ -​​ D'où​​ vient-il​​ celui-là ?

 

Silence​​ encore,​​ pesant.​​ Le​​ vieux​​ monsieur​​ s'en​​ désintéresse​​ et​​ reprend​​ sa​​ conversation​​ avec​​ Thalis ​​​​ -​​ L'attente​​ est​​ longue​​ pour​​ certains,​​ pour​​ d'autres​​ pfuitt...​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ L'attente,​​ l'attente​​ de​​ quoi ?​​ Nous​​ n'en​​ savons​​ rien.​​ L'attente​​ de​​ l'attente,​​ sans​​ fin.

 

Silence

 

Thalis​​ tout​​ d'abord​​ songeur​​ puis​​ relevant​​ la​​ tête​​ et​​ s'illuminant​​ -​​ C'est​​ comme​​ l'amour ; ​​​​ tu​​ crois...​​ tu​​ crois​​ le​​ saisir,​​ c'est​​ déjà​​ fini​​ sans​​ même​​ savoir​​ s'il​​ a​​ bien​​ été​​ là.

La​​ beauté ?​​ Éphémère​​ elle-aussi.​​ Tout​​ redevient​​ poussière.

Il​​ reste,​​ il​​ reste... ​​​​ Il​​ cherche,​​ ne​​ trouve​​ pas.

 

Silence

 

Thalis​​ montrant​​ du​​ menton ​​​​ avec​​ un​​ petit​​ rictus​​ d'inquiétude​​ La​​ Porte​​ -​​ Peut-être​​ qu'après,​​ nous​​ le​​ saurons.

 

Victor​​ grondant​​ –​​ Thalis,​​ ne​​ dis​​ pas​​ de​​ bêtises​​ et​​ donne-moi​​ mon​​ manteau

 

Thalis​​ s'arrêtant,​​ étonné ​​​​ -​​ Mais,​​ pourquoi ?

 

Victor​​ maugréant​​ ​​ -​​ Pourquoi ?​​ Pourquoi !​​ Parce​​ que​​ je​​ le​​ veux !

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ ici...

 

Victor​​ le​​ coupant ​​​​ -​​ Je​​ le​​ veux,​​ donne​​ le​​ moi.

 

Thalis​​ prend,​​ plus​​ loin,​​ une​​ sorte​​ de​​ houppelande​​ et​​ lui​​ met​​ sur​​ les​​ épaules

 

Victor​​ regardant​​ le​​ soldat​​ ​​ -​​ Il​​ ne​​ me​​ plaît​​ pas​​ celui-là

 

Thalis ​​​​ -​​ Ne​​ le​​ regardez​​ pas !​​ Regardez-moi !​​ Que​​ voulez-vous​​ que​​ je​​ vous​​ récite ?​​ Baudelaire,​​ Rimbaud ?​​ Le​​ bateau​​ ivre !​​ Oui,​​ le​​ bateau​​ ivre !​​ Comme​​ je​​ descendais....

 

Victor​​ ronchon​​ le​​ coupe​​ et​​ se​​ recroqueville​​ sur​​ lui-même​​ ​​ -​​ Dormons,​​ il​​ faut​​ dormir.​​ Encore​​ dormir.​​ Viens​​ contre​​ moi.

 

Thalis​​ attend​​ quelques​​ instants,​​ se​​ relève,​​ on​​ le​​ sent​​ désœuvré ;​​ il​​ tourne​​ en​​ rond​​ esquivant​​ au​​ mieux​​ le​​ soldat​​ puis​​ il​​ s'adresse​​ au​​ public​​ et​​ plus​​ il​​ parle​​ plus​​ il​​ s'anime​​ 

​​ - ​​​​ J'ai​​ trouvé :​​ la​​ poésie !​​ Elle​​ est,​​ elle​​ ne​​ prend​​ pas​​ une​​ ride.​​ La​​ poésie...​​ L'oubli,​​ l'oubli​​ est​​ son​​ seul​​ maître​​ mais​​ il​​ ne​​ la​​ violente​​ pas,​​ ne​​ la​​ désarticule​​ pas​​ avant​​ de​​ la​​ projeter​​ dans​​ le​​ néant.

Il​​ faut​​ noter,​​ ne​​ pas​​ oublier ;​​ mais​​ ici,​​ noter​​ avec​​ quoi ?​​ Pour​​ qui ?

La​​ poésie,​​ la​​ poésie !​​ Elle​​ seule​​ permet​​ d'intervertir​​ les​​ rôles.​​ Les​​ couleurs​​ parlent,​​ les​​ mots​​ dansent,​​ les​​ silences​​ sont​​ peuplés​​ de​​ tous​​ les​​ rêves​​ oubliés.​​ C'est​​ la​​ seule​​ arme​​ que​​ nous​​ ayons​​ pour​​ supporter​​ l'attente,​​ la​​ seule​​ arme​​ contre​​ le​​ désespoir.

 

Victor​​ bougonne​​ ​​ -​​ Baliverne,​​ on​​ tourne,​​ on​​ tourne​​ toujours.​​ 

En​​ aparté​​ ​​ -​​ Je​​ n'y​​ échapperai​​ donc​​ jamais.

 

Thalis​​ survolté ​​​​ -​​ Oubliez !​​ ​​ -​​ Ici,​​ grâce​​ à​​ elle,​​ il​​ n'y​​ a​​ plus​​ de​​ glaces,​​ plus​​ de​​ murs,​​ je​​ perçois​​ l'invisible,​​ peut-être​​ un​​ jour​​ le​​ mystère​​ des​​ choses.

 

Victor​​ regardant​​ vers​​ l'endroit​​ d'où​​ est​​ sorti​​ le​​ soldat​​ -​​ Paroles​​ tout​​ ça !​​ Nous​​ sommes​​ enchaînés​​ l'un​​ à​​ l'autre​​ refusant​​ de​​ remonter​​ à​​ la​​ source​​ originelle,​​ comme​​ les​​ autres,​​ ces​​ vagabonds ​​​​ ​​ qui​​ espèrent​​ encore​​ et​​ avancent​​ inexorablement​​ vers​​ l'anéantissement. ​​​​ 

 

Thalis ​​​​ -​​ Il​​ y​​ aura​​ des​​ lendemains​​ plus​​ heureux

 

Victor ​​​​ -​​ Tu​​ n'as​​ rien​​ compris,​​ nous​​ sommes​​ mais​​ n'existons​​ plus.​​ Le​​ temps​​ est​​ arrêté.​​ Stop !​​ Nous​​ reprenons​​ sans​​ fin​​ la​​ dernière​​ séquence.

Regardant​​ vers​​ le​​ soldat​​ ​​ -​​ Eux​​ seuls​​ qui​​ en​​ reviennent​​ peuvent​​ encore​​ nous​​ le​​ raconter​​ 

 

Thalis ​​​​ -​​ Quoi ?

 

Victor ​​​​ -​​ Le​​ monde.

 

Thalis ​​​​ étonné​​ -​​ Lui ?​​ Nous​​ raconter​​ le​​ monde ?

 

Victor​​ criant​​ -​​ Ne​​ t'en​​ approche​​ pas,​​ ne​​ lui​​ parle​​ pas,​​ ne​​ le​​ touche​​ pas,​​ surtout​​ ne​​ le​​ touche​​ pas.​​ Celui-là ​​​​ n'en​​ sait​​ plus​​ rien.​​ Il​​ sort​​ de​​ l'horreur,​​ des​​ bombes,​​ de​​ la​​ mitraille,​​ du​​ sang.

 

En​​ entendant​​ ces​​ mots​​ le​​ soldat​​ se​​ relève​​ non​​ sans​​ mal,​​ il​​ est​​ terrifié,​​ comme​​ fou,​​ il​​ titube,​​ retombe​​ gémissant​​ et​​ marmonnant​​ des​​ « Maman »

 

Victor​​ ​​ -​​ Tu​​ vois,​​ c'est​​ comme​​ ça,​​ il​​ y​​ va​​ directement ;​​ nous​​ ne​​ saurons​​ rien ;​​ peut-être​​ est-ce​​ mieux​​ ainsi.​​ 

 

Thalis​​ regardant​​ le​​ soldat​​ qui​​ rampe​​ avec​​ difficulté​​ -​​ Il​​ y​​ va,​​ pas​​ de​​ doute,​​ il​​ y​​ va.

 

Le​​ soldat​​ continue​​ à​​ avancer​​ vers​​ La​​ Porte​​ sans​​ un​​ regard​​ vers​​ eux.​​ Ils​​ le​​ regardent​​ faire

 

Thalis ​​​​ -​​ Et​​ s'il​​ n'y​​ avait​​ rien ?

 

Victor​​ -​​ Rien ? ​​​​ C'est​​ impossible,​​ il​​ y​​ a​​ nous.

 

Thalis​​ qui​​ se​​ prend​​ la​​ tête​​ dans​​ les​​ mains​​  ​​​​ -​​ Nous,​​ que​​ nous !​​ Alors...rien!​​ N'attendre​​ rien..​​ C'est​​ la​​ chose​​ la​​ plus​​ stupide​​ qui​​ puisse​​ exister.

 

Victor​​ se​​ réentortille​​ dans​​ sa​​ houppelande​​ et​​ ferme​​ les​​ yeux. ​​​​ Il​​ les​​ ouvre​​ à​​ nouveau,​​ regarde​​ le​​ soldat​​ qui​​ continue​​ à​​ aller​​ vers​​ La​​ Porte. ​​​​ ​​ -​​ Idiot.​​ Si​​ nous​​ n'attendions​​ plus,​​ ce​​ serait​​ la​​ mort.

 

Thalis ​​​​ -​​ La​​ mort ?​​ 

 

Victor ​​​​ -​​ La​​ mort.​​ 

 ​​​​ 

Silence. ​​​​ 

 

Victor​​ à​​ voix​​ chevrotante ​​​​ -​​ Au​​ clair​​ de​​ la​​ lune,​​ mon​​ ami​​ Pierrot...

 

Thalis ​​​​ -​​ Encore !​​ Vous​​ n'en​​ finirez​​ donc​​ jamais.

 

Victor​​ se​​ tenant​​ la​​ tête​​ entre​​ les​​ mains​​ et​​ envoyant​​ de​​ plus​​ en​​ plus​​ vite​​ sa​​ litanie​​ – ​​​​ Je​​ ne​​ les​​ supporte​​ plus​​ et​​ pourtant​​ je​​ ne​​ peux​​ pas​​ faire​​ autrement.​​ Elles​​ sont​​ là,​​ continuellement​​ là ;​​ rengaines​​ infernales​​ qui​​ débordent​​ de​​ ma​​ tête,​​ que​​ je​​ vomis​​ les​​ unes​​ après​​ les​​ autres. ​​​​ Les​​ Malbrough​​ s'en​​ va​​ -'t-​​ en​​ guerre,​​ A​​ la​​ claire​​ fontaine,​​ Ainsi​​ font​​ font​​ font... ​​ La​​ pire :​​ la​​ souris​​ verte​​ et​​ même​​ Meunier​​ tu​​ dors ;​​ toutes,​​ tu​​ entends,​​ toutes, en​​ boucle,​​ perpétuellement​​ !​​ Vacarme​​ infernal.​​ Qu'y​​ puis-je ?​​ 

Plus​​ de​​ 50​​ ans. ​​​​ 

Victor​​ martelant,​​ montrant​​ sa​​ tête,​​ puis​​ faisant​​ le​​ geste​​ de​​ tourner​​ sans​​ fin​​ ​​ -​​ 52​​ ans,​​ 3​​ mois,​​ 6​​ jours​​ sur​​ un​​ manège,​​ à​​ tourner,​​ tourner. ​​ ​​​​ Elles​​ sont​​ là. ​​ ​​ ​​​​ 

Je​​ ne​​ connais​​ rien​​ de​​ la​​ vie,​​ je​​ n'ai​​ pas​​ voyagé,​​ je​​ suis​​ resté​​ dessus....

Qu'est-elle la​​ vie?​​ 

Des​​ enfants,​​ je​​ n'ai​​ vu​​ que​​ des​​ enfants.​​ Je​​ les​​ retrouve​​ ici,​​ de​​ temps​​ en​​ temps,​​ habillés​​ comme​​ des​​ grands​​ mais​​ recherchant​​ leur​​ maman....

 

Silence​​ 

Le​​ soldat​​ a​​ continué​​ à​​ ramper​​ sans​​ regarder​​ ni​​ à​​ droite​​ ni​​ à​​ gauche,​​ comme​​ si​​ le​​ chemin​​ était​​ tracé ;​​ il​​ est​​ arrivé​​ devant​​ La​​ Porte ;​​ il​​ est​​ aspiré,​​ il​​ disparaît.​​ Les​​ deux​​ autres​​ continuent​​ leur​​ conversation.​​ 

 

Victor​​ qui​​ a​​ entendu​​ le​​ bruit​​ d'aspiration ​​​​ -​​ Retour​​ aux​​ sources,​​ comme​​ les​​ saumons​​ pour​​ le​​ grand​​ accouplement;​​ bacchanales​​ incestueuses ;​​ et​​ elle,​​ la​​ Mère​​ des​​ mères,​​ qu'en​​ fait-elle​​ après ?

 

Thalis ​​​​ qui​​ visiblement​​ n'y​​ comprend​​ rien ​​​​ -​​ Moi,​​ je​​ n'ai​​ jamais​​ connu​​ ma​​ mère ;​​ je​​ ne​​ sais​​ pas​​ de​​ qui​​ je​​ suis​​ né.

 

Victor​​ ​​ -​​ C'est​​ pour​​ cela​​ que​​ rien​​ ne​​ te​​ presse.​​ Pas​​ de​​ mère,​​ pas​​ d'empreinte,​​ le​​ chemin​​ est​​ coupé ;​​ nous​​ sommes,​​ toi​​ et​​ moi,​​ des​​ vagabonds​​ qui​​ suivons​​ le​​ mouvement​​ comme​​ des​​ moutons​​ de​​ Panurge.​​ 

 

Thalis​​ soupçonneux​​ ​​ -​​ Qui​​ vous​​ a​​ dit​​ tout​​ ça ?​​ Qui​​ vous​​ a​​ renseigné ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Personne​​ car​​ personne​​ ne​​ peut​​ t'aider​​ dans​​ cette​​ quête.​​ J'étais​​ seul​​ et​​ puis,​​ un​​ jour,​​ un​​ jour​​ comme​​ les​​ autres,​​ tout​​ s'est​​ éclairé.

 

Thalis​​  ​​​​ -​​ Mais​​ il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ jour​​ ici ;​​ pas​​ de​​ nuit​​ non​​ plus.

 

Victor​​ contrarié ​​​​ -​​ Mais​​ c'était​​ avant !​​ Ne​​ m’interromps​​ pas​​ sans​​ arrêt.

 

Thalis ​​​​ -​​ Une​​ révélation ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Quelque​​ chose​​ comme​​ ça,​​ une​​ évidence.

​​ 

Silence

 

Victor​​ avec​​ un​​ rictus​​ de​​ souffrance​​ -​​ Les​​ enfants !​​ J'ai​​ vu​​ la​​ blessure dans​​ leurs​​ regards,​​ j'ai​​ compris​​ qu'aucun​​ d'entre​​ eux​​ ne​​ cicatriserait ;​​ les​​ mères​​ aussi,​​ infirmes​​ à​​ vie,​​ amputées​​ dès​​ leur​​ naissance​​ de​​ leur​​ propre​​ chair.​​ Nous​​ tournions​​ ensemble,​​ encore​​ et​​ encore,​​ sans​​ fin.​​ 

 

Silence

 

Victor​​ ​​ -​​ J'ai​​ cru​​ que​​ ce​​ serait​​ sans​​ fin​​ jusqu'au​​ jour​​ où​​ un​​ gamin​​ est​​ venu​​ faire​​ un​​ tour​​ sur​​ mon​​ manège.​​ Il​​ avait​​ un​​ petit​​ quelque​​ chose​​ d'inhabituel,​​ comme​​ une​​ fêlure,​​ il​​ semblait​​ sortir​​ de​​ nulle​​ part​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ De​​ nulle​​ part ?

​​ 

Victor​​ ​​ -​​ D'ailleurs,​​ c'est​​ certain.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Du​​ ciel,​​ du​​ paradis ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Le​​ paradis,​​ l'enfer !​​ Et​​ quoi​​ d'autre​​ encore !​​ Tu​​ n'y​​ comprends​​ vraiment​​ rien.

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ si,​​ continuez ;​​ alors​​ l'enfant ?

 

Victor​​ ​​ -​​ A​​ quoi​​ bon !​​ Aide-moi​​ à​​ me​​ relever.

 

Victor​​ avec​​ un​​ rire​​ désabusé ​​​​ ​​ -​​ L'enfer ?​​ c'est​​ l'enfer​​ ici.​​ Peut-être​​ mon​​ enfer !​​ 

 

Silence

​​ ​​ 

Victor​​ s'énerve​​ puis​​ tape​​ de​​ sa​​ canne​​ par​​ terre​​ -​​ Il​​ a​​ dit​​ que​​ c'était​​ les​​ autres.​​ Connerie ;​​ les​​ autres,​​ ils​​ passent,​​ pantins​​ décérébrés​​ qui​​ remontent​​ la​​ rivière.​​ 

Je​​ ne​​ veux​​ rien​​ avoir​​ à​​ faire​​ avec​​ eux.

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ pourquoi ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Ils​​ sont​​ porteurs​​ de​​ mystères​​ qu'il​​ est​​ dangereux​​ de​​ vouloir​​ élucider.

Attentat​​ contre​​ la​​ vérité.​​ Lutte​​ du​​ pot​​ de​​ fer​​ contre​​ le​​ pot​​ de​​ terre,​​ nous​​ sommes​​ perdants​​ à​​ ce​​ jeu​​ là.

 

Thalis ​​​​ - ​​​​ Nous​​ resterons​​ seuls?

 

Victor​​ ​​ -​​ Oui.​​ Et​​ alors ?​​ Ne​​ fais​​ pas​​ cette​​ tête,​​ nous​​ avons​​ tout​​ ici.

 

Thalis​​ abattu​​ -​​ Rien ;​​ nous​​ n'avons​​ rien ;​​ ni​​ faim,​​ ni​​ soif,​​ ni​​ projets,​​ ni​​ avenir.

 

Victor​​ dans​​ sa​​ barbe ​​​​ -​​ Je​​ voudrais​​ tellement​​ savoir​​ ce​​ qu'a​​ été​​ le​​ monde.​​ Nord​​ Sud​​ Est​​ Ouest​​ mon​​ regard​​ a​​ tout​​ balayé​​ mais​​ loin,​​ plus​​ loin,​​ qu'y​​ avait-il ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ La​​ beauté​​ des​​ choses

 

Victor​​ s'énervant​​ ​​ -​​ La​​ beauté,​​ la​​ beauté,​​ tu​​ ne​​ me​​ parles​​ que​​ d'elle.​​ Ça​​ ne​​ veut​​ rien​​ dire.​​ Dis-moi​​ de​​ quoi​​ était​​ fait​​ le​​ plus​​ loin ?

 

Thalis​​ ​​ - ​​​​ De​​ soleils​​ et​​ de​​ lunes,​​ de​​ petits​​ matins​​ brumeux ;​​ de​​ champs​​ de​​ blé,​​ de​​ bleuets​​ 

 

Victor​​ ​​ -​​ De​​ bleuets...​​  ​​​​ Mais​​ encore ?​​ Mais​​ encore ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ De​​ femmes​​ sublimes,​​ belles​​ à​​ couper​​ le​​ souffle.​​ 

Douceur​​ de​​ leur​​ peau,​​ beauté​​ de​​ leurs​​ courbes​​ et...​​ et​​ leurs​​ parfums,​​ leurs​​ chevelures...

 

Bruit​​ terrible ;​​ arrivée​​ ensemble​​ en​​ dansant​​ de​​ Romeo​​ et​​ Juliette

 

Juliette​​ éclatant​​ de​​ rire​​ puis​​ regardant​​ derrière​​ elle, ​​​​ au​​ loin​​ ​​ -​​ Au​​ moins​​ ici,​​ ils​​ ne​​ viendront​​ pas​​ nous​​ chercher ;​​ je​​ te​​ l'avais​​ dit,

Vois-les,​​ ils​​ sont​​ tous​​ dans​​ les​​ bras​​ des​​ uns​​ des​​ autres.​​ Enfin​​ réconciliés ;​​ c'en​​ est​​ fini​​ de​​ cette​​ querelle​​ absurde ;​​ Capulet​​ et​​ Montaigu​​ pleurant​​ ensemble​​ sur​​ nous.​​ Enfin​​ libres,​​ libres​​ de​​ vivre​​ notre​​ amour.

 

Victor ​​​​ -​​ Que​​ dit-elle ?

 

Thalis​​ s'éclairant​​ ​​ -​​ Elle​​ est​​ contente,​​ heureuse

 

Victor​​ ​​ -​​ Mais​​ de​​ quoi,​​ bon​​ Dieu,​​ de​​ quoi ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Elle​​ est​​ avec​​ l'amour​​ de​​ sa​​ vie

 

Victor​​ fronçant​​ les​​ sourcils​​ ​​ -​​ De​​ sa​​ vie ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Ils​​ sont​​ beaux,​​ regardez-les.

 

Victor​​ en​​ convenant,​​ s'époussetant​​ un​​ peu,​​ se​​ redressant​​ -​​ Oui,​​ ils​​ sont​​ beaux.​​ Gratte-moi,​​ gratte-moi​​ dans​​ le​​ dos

 

Thalis ​​​​ -​​ Ah​​ vous​​ n'allez​​ pas​​ recommencer !​​ À​​ chaque​​ nouvelle​​ arrivée​​ c'est​​ pareil,​​ prenez​​ le​​ bout​​ de​​ bois.

Il​​ lui​​ lance​​ un​​ bout​​ de​​ bois​​ un​​ peu​​ long,​​ comme​​ on​​ lance​​ un​​ bout​​ de​​ bois​​ à​​ un​​ chien,​​ Victor​​ l'attrape​​ et ​​​​ par​​ le​​ haut​​ se​​ gratte​​ le​​ dos.

 

Victor​​ ​​ -​​ Tu​​ es​​ dur​​ avec​​ moi

 

Thalis ​​​​ -​​ Laissez​​ venir​​ les​​ choses,​​ les​​ gens.​​ Vous​​ gâchez​​ tout ; ​​​​ toujours​​ vous,​​ encore​​ vous !​​ Pour​​ une​​ fois​​ qu'il​​ y​​ a​​ un​​ peu​​ de​​ jeunesse​​ heureuse.

 

Victor​​ ​​ -​​ Pas​​ pour​​ longtemps,​​ pas​​ pour​​ longtemps

 

Thalis ;​​ il​​ se​​ dirige​​ vers​​ Romeo​​ et​​ Juliette​​ ​​ ​​ -​​ Taisez-vous,​​ ils​​ ne​​ le​​ savent​​ pas,​​ 

 

Victor​​ montrant​​ du​​ menton​​ la​​ porte​​ -​​ Dis​​ leur,​​ dis​​ leur​​ pour...

 

Thalis​​ ​​ -​​ Plus​​ tard,​​ ils​​ ont​​ d'autres​​ choses​​ à​​ faire.

 

Victor ​​​​ -​​ Ici,​​ des​​ choses​​ à​​ faire ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ S'aimer​​ tout​​ simplement

 

De​​ l'autre​​ côté​​ de​​ la​​ scène

 

Juliette​​ ​​ -​​ Romeo,​​ c'est​​ curieux​​ ici, ​​​​ tu​​ ne​​ trouves​​ pas, ​​ j'ai​​ un​​ peu​​ peur

 

Romeo​​ ​​ -​​ Viens,​​ viens​​ dans​​ mes​​ bras.​​ ​​ Tu​​ es​​ là,​​ tu​​ es​​ bien​​ là !​​ Dis-le-moi,​​ dis-le-moi​​ encore.

 

Juliette​​ se​​ serrant​​ contre​​ lui ​​​​ -​​ J'ai​​ froid,​​ très​​ froid

 

Romeo ​​​​ -​​ Breuvage​​ néfaste​​ qui​​ m'a​​ fait​​ croire​​ à​​ ta​​ mort ;​​ j'en​​ tremble​​ encore​​ ma​​ Juliette.

 

Juliette​​ riant​​ ​​ - ​​​​ C'est​​ fini !​​ Enfin​​ heureux !​​ Enfin​​ toi​​ et​​ moi...​​ Embrasse-moi ! ​​​​ 

 

Il​​ le​​ fait​​ mais​​ sans​​ ardeur​​ regardant​​ avec​​ un​​ peu​​ d'inquiétude​​ autour​​ de​​ lui.

 

Juliette ​​​​ -​​ Encore,​​ encore​​ mon​​ aimé

 

Romeo​​ voit​​ Thalis​​ arriver​​ à​​ lui​​ et​​ se​​ dégage​​ un​​ peu

 

Thalis​​ chaleureux ​​​​ -​​ Bienvenue,​​ bienvenue

 

Romeo​​ –​​ Où​​ sommes-nous ?

 

Thalis​​ –​​ En​​ sécurité !​​ Rien​​ ni​​ personne​​ ne​​ vous​​ dérangera,​​ il​​ n'y​​ a​​ que​​ Victor,​​ le​​ vieux​​ monsieur​​ que​​ vous​​ voyez​​ là-bas​​ et​​ moi,​​ vous​​ serez​​ tranquilles.

 

Juliette​​ très​​ souriante regardant​​ de​​ loin​​ Victor​​ -​​ Bonjour. ​​​​ J'aime​​ les​​ personnes​​ âgées,​​ elles​​ m'émeuvent.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Il​​ est​​ souvent​​ un​​ peu​​ grognon.​​ 

 

Victor​​ au​​ loin,​​ mine​​ renfrognée​​ les​​ regarde​​ aussi​​ mais​​ ne​​ s'approche​​ pas

 

Thalis​​ ​​ -​​ Je​​ suis​​ content,​​ oui,​​ si​​ content​​ que​​ vous​​ soyez​​ là

 

Romeo​​ regardant​​ autour​​ de​​ lui​​ ​​ -​​ Nous​​ ne​​ sommes​​ que​​ de​​ passage

 

Juliette​​ à​​ Romeo​​ ​​ -​​ Ici​​ ou​​ ailleurs,​​ peu​​ importe,​​ je​​ suis​​ avec​​ toi​​ mon​​ amour

 

Thalis​​ tout​​ heureux​​ recommence​​ ​​ -​​ Oui,​​ cela​​ fait​​ tellement​​ plaisir​​ de​​ voir​​ de​​ la​​ jeunesse​​ ici !

 

Romeo​​ faisant​​ glisser​​ Juliette​​ derrière​​ lui,​​ comme​​ pour​​ la​​ protéger​​ ​​ -​​ Ici?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Lieu​​ étrange,​​ lieu​​ d'attente​​ où​​ rien​​ ne​​ vous​​ manquera ;​​ tout​​ est​​ permis ;​​ le​​ temps​​ n'a​​ plus​​ prise​​ sur​​ nous.​​ Il​​ sera...

 

Thalis​​ hésite,​​ cherche​​ le​​ bon​​ mot ​​ ​​​​ ​​ -​​ Il​​ sera​​ comme​​ vous​​ le​​ peindrez

 

Victor​​ qui​​ tend​​ l'oreille ​​​​ -​​ Que​​ leur​​ raconte​​ t-il ?​​ Au​​ public ​​​​ -​​ Une​​ prison​​ oui !

 

Romeo​​ qui​​ ne​​ comprend​​ pas​​ ce​​ que​​ vient​​ de​​ dire​​ Thalis​​ ​​ -​​ Comment ?​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ Tout​​ est​​ en​​ vous,​​ le​​ soleil​​ retrouvé,​​ les​​ automnes​​ flamboyants,​​ choisissez​​ les​​ couleurs​​ qui​​ vous​​ plaisent

 

Romeo​​ de​​ plus​​ en​​ plus​​ perplexe

 

Victor​​ toujours​​ loin ​​​​ -​​ Le​​ fou !

 

Juliette​​ prend​​ Romeo​​ dans​​ ses​​ bras,​​ elle​​ veut​​ danser,​​ il​​ résiste​​ -​​ Le​​ bonheur,​​ enfin​​ le​​ bonheur !​​ Viens,​​ viens​​ mon​​ amour,​​ nous​​ allons​​ refaire​​ le​​ monde​​ à​​ notre​​ guise

 

Romeo​​ circonspect,​​ statique ​​​​ -​​ Et​​ comment ?​​ Regarde,​​ c'est​​ sinistre​​ ici.

 

Thalis​​ montre​​ Victor​​ puis​​ s'adresse​​ à​​ Juliette​​ ​​ -​​ Parce​​ qu'il​​ n'y​​ avait​​ que​​ nous​​ jusqu'ici.​​ Les​​ autres​​ ne​​ font​​ que​​ passer.​​ Vous​​ apportez​​ l'amour,​​ la​​ légèreté,​​ la​​ beauté,​​ restez,​​ je​​ vous​​ en​​ supplie,​​ ensemble​​ nous​​ pourrons​​ peut-être...

 

Victor​​ qui​​ s'est​​ approché,​​ bourru ​​​​ -​​ Balivernes

 

Thalis​​ ​​ -​​ Ne​​ l'écoutez​​ pas,​​ il​​ ne​​ peut​​ rien​​ voir,​​ rien​​ faire,​​ ses​​ souvenirs​​ tournent​​ sur​​ eux-mêmes​​ alors​​ imaginer​​ quoi​​ que​​ ce​​ soit,​​ c'est​​ tout​​ simplement​​ impossible​​ pour​​ lui.

 

Juliette​​ ​​ -​​ Nous​​ avons​​ toute​​ la​​ vie

 

Victor​​ va​​ dire​​ quelque​​ chose,​​ Thalis​​ le​​ pousse​​ de​​ côté​​ ​​ -​​ Ne​​ faites​​ pas​​ attention​​ à​​ lui,​​ il​​ voit​​ tout​​ en​​ noir

 

Romeo​​ inquiet​​ ​​ -​​ Qui​​ me​​ dit... ? ​​​​ 

 

Juliette​​ l’interrompt​​ ​​ -​​ Il​​ a​​ raison,​​ il​​ ne​​ faut​​ pas​​ l'écouter,​​ c'est​​ un​​ vieil​​ homme,​​ un​​ peu​​ aigri ;​​ se​​ tournant​​ vers​​ Thalis ​​​​ -​​ Je​​ suis​​ Juliette,​​ voilà​​ Romeo​​ et​​ vous ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Thalis 

 

Juliette​​ ​​ -​​ Vous​​ connaissez​​ notre​​ histoire ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Qui​​ ne​​ la​​ connaît​​ pas !

 

Victor​​ de​​ loin ​​​​ -​​ Mièvrerie​​ et​​ eau​​ de​​ rose !

 

Juliette​​ ​​ –​​ Un​​ regard, ​​​​ le​​ coup​​ de​​ foudre,​​ l'amour...​​ et​​ nous​​ voilà !​​ Elle​​ se​​ jette​​ dans​​ les​​ bras​​ de​​ Romeo​​ qui,​​ lui,​​ semble​​ encore​​ un​​ peu​​ inquiet.

 

Thalis​​ souriant ​​​​ -​​ L'amour...La​​ beauté...La​​ poésie...

 ​​​​ 

Thalis​​ se​​ retourne​​ vers​​ eux​​ et​​ montre​​ Victor ​​​​ -​​ Pardonnez-lui,​​ il​​ est​​ content​​ aussi,​​ il​​ vous​​ le​​ dira ! ​​​​ Votre​​ histoire​​ est​​ un​​ véritable​​ succès.​​ 8211​​ représentations​​ dans​​ le​​ monde​​ sans​​ compter​​ les​​ innombrables​​ adaptations​​ cinématographiques.

 

Romeo​​ et​​ Juliette​​ dans​​ les​​ bras​​ à​​ nouveau​​ l'un​​ de​​ l'autre.​​ Juliette​​ ​​ -​​ Waouh !

 

Thalis​​ -​​ Il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ meilleure​​ recette​​ que​​ l'amour​​ contrarié

 

Victor​​ qui​​ s'est​​ approché ​​​​ -​​ Qu'est-ce-que​​ tu​​ dis ?

 

Thalis​​ venant​​ à​​ sa​​ rencontre ​​​​ et​​ parlant​​ un​​ peu​​ plus​​ fort ​​​​ -​​ Il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ meilleure​​ recette​​ que​​ l'amour​​ contrarié

 

Victor ​​​​ -​​ L'amour,​​ l'amour​​ vous​​ n'avez​​ que​​ ce​​ mot​​ là​​ à​​ la​​ bouche.​​ Quand​​ on​​ voit​​ où​​ il​​ mène !

 

Thalis​​ ne​​ veut​​ pas​​ répondre​​ et​​ repousse​​ Victor​​ pour​​ que​​ Romeo​​ et​​ Juliette​​ n'entendent​​ pas​​ 

 

Victor ​​​​ -​​ La​​ mort !​​ Tiens,​​ eux,​​ quel​​ bel​​ exemple !

 

Thalis​​ ​​ -​​ Taisez-vous,​​ laissez-leur​​ encore​​ quelques​​ moments​​ de​​ légèreté,​​ d'inconscience,​​ de...bonheur.

 

​​ Romeo ​​​​ revient​​ suivi​​ de​​ Juliette​​ à​​ Thalis ​​​​ -​​ Où​​ pouvons-nous​​ aller ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Où​​ il​​ vous​​ plaira.​​ Vous​​ ne​​ pouvez​​ pas​​ vous​​ perdre,​​ tous​​ les​​ chemins​​ ramènent​​ ici.

 

Romeo ​​​​ -​​ Une​​ île ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ En​​ quelque​​ sorte !​​ Faisant​​ un​​ clin​​ d’œil​​ à​​ Juliette​​ ​​ -​​ Les​​ palmiers,​​ le​​ soleil,​​ la​​ plage...​​ Fermez​​ les​​ yeux,​​ laissez-vous​​ aller !

 

Entre-temps,​​ en​​ toile​​ de​​ fond,​​ video : ​​​​ un​​ décor​​ de​​ mer,​​ de​​ vagues,​​ bande​​ sonore​​ bruit​​ des​​ vagues,​​ oiseaux

 

Juliette​​ entre​​ dans​​ son​​ jeu,​​ imagine​​ à​​ haute​​ voix​​ un​​ décor​​ de​​ rêve​​ ​​ -​​ Les​​ vagues,​​ le​​ sable​​ fin !​​ ​​ Toi,​​ moi !​​ Un​​ bateau​​ au​​ loin,​​ la​​ chaleur​​ sur​​ notre​​ peau,​​ quelques​​ mouettes ;​​ c'est​​ bon !​​ C'est​​ bon !

 

Romeo​​ indulgent​​ -​​ Ma​​ Juliette,​​ sois​​ sérieuse,​​ un​​ peu !

 

Juliette​​ ​​ -​​ Je​​ suis​​ bien,​​ une​​ légère​​ brise​​ et​​ le​​ bleu​​ du​​ ciel.​​ Regarde,​​ regarde​​ le​​ voilier,​​ où​​ part-il ?​​ Ses​​ passagers​​ sont-ils​​ aussi​​ heureux​​ que​​ nous ?

 

Romeo​​ ​​ -​​ Arrête,​​ arrête​​ un​​ peu !

 

Thalis​​ très​​ sérieux​​ à​​ Romeo​​ puis​​ montrant​​ Victor​​ qui​​ dort​​ maintenant​​ dans​​ un​​ coin​​ ​​ -​​ Elle​​ a​​ raison,​​ entrez​​ dans​​ le​​ jeu​​ et​​ vous​​ verrez.​​ Je​​ vous​​ l'ai​​ dit,​​ c'est​​ nous​​ qui​​ le​​ créons ! ​​​​ 

Avec​​ lui,​​ mission​​ impossible,​​ déprime​​ et​​ mélancolie !​​ J'ai​​ tout​​ tenté !​​ Mais​​ vous,​​ vous​​ êtes​​ jeunes,​​ beaux !

 

Romeo​​ pragmatique​​ ​​ -​​ Au​​ risque​​ de​​ vous​​ paraître​​ idiot,​​ j'ai​​ besoin​​ de​​ plus​​ d'explications.​​ Que​​ pouvons-nous​​ faire​​ ici ?​​ Où​​ nous​​ installer ?​​ Combien​​ de​​ temps​​ resterons-nous ?

 

Thalis ​​​​ fait​​ quelques​​ pas,​​ un​​ geste​​ d'ignorance,​​ les​​ quitte.

 

Juliette​​ riant​​ puis​​ montrant​​ au​​ loin​​ Thalis​​ -​​ On​​ s'en​​ fiche !​​ Tu​​ es​​ là,​​ je​​ suis​​ là.​​ C'est​​ ce​​ qui​​ importe.​​ 

Il​​ y​​ a​​ lui​​ aussi,​​ ce​​ sera​​ notre​​ ami,​​ notre​​ passeur

 

Romeo​​ ​​ -​​ Passeur ?

 

Juliette​​ ​​ -​​ Mais​​ oui,​​ c'est​​ sûr,​​ il​​ nous​​ a​​ été​​ envoyé

 

Romeo​​ ​​ -​​ Mais​​ par​​ qui,​​ pourquoi ?​​ tu​​ dis​​ n'importe​​ quoi

 

Juliette​​ ​​ -​​ Quelle​​ question !​​ je​​ ne​​ sais​​ pas.​​ Il​​ est​​ là.​​ Quelqu'un​​ qui​​ voit​​ la​​ mer​​ ici,​​ qui​​ nous​​ l'offre,​​ ne​​ peut​​ qu'être​​ notre​​ ami.

 

Romeo​​ ​​ -​​ Cette​​ histoire​​ de​​ mer,​​ qu'est-ce-que​​ c'est ?

 

Juliette ​​​​ -​​ Tu​​ l'as​​ vue​​ comme​​ moi,​​ elle​​ est​​ là,​​ encore​​ là;​​ il​​ l'a​​ évoquée​​ et​​ tout​​ d'un​​ coup...quelle​​ merveille !​​ mais​​ quelle​​ merveille !​​ 

 

Romeo​​ la​​ regarde​​ avec​​ inquiétude ;​​ Juliette​​ comprend​​ qu'il​​ y​​ a​​ quelque​​ chose​​ d'anormal,​​ elle​​ tend​​ la​​ main​​ vers​​ l'écran​​ ​​ -​​ Tu​​ la​​ vois,​​ comme​​ moi ? ​​​​ Dis-moi​​ que​​ tu​​ la​​ vois !

 

Romeo​​ ​​ -​​ Non

 

Juliette​​ contrariée​​ ​​ -​​ Demain,​​ un​​ autre​​ jour,​​ tu​​ la​​ verras ;​​ avançons,​​ partons​​ voir​​ ce​​ qu'il​​ y​​ a​​ ailleurs.​​ Viens,​​ viens​​ avec​​ moi.

 

Ils​​ sortent​​ de​​ scène,​​ la​​ mer​​ se​​ retire.​​ Arrêt​​ de​​ la​​ video.

 

 

Thalis​​ fredonnant​​ une​​ chanson​​ d'amour​​ se​​ rapproche​​ de​​ Victor.

 

Thalis​​ ​​ -​​ C'est​​ beau​​ l'amour !

 

Victor ​​​​ grommelle

 

Thalis ​​​​ -​​ Vous​​ avez​​ été​​ amoureux ?

 

Victor​​ hésite​​ comme​​ s'il​​ ne​​ voulait​​ pas​​ parler ;​​ silence​​ puis​​ ​​ -​​ Il​​ me​​ semble

 

Thalis​​ riant​​ ​​ -​​ Il​​ vous​​ semble​​ ou​​ vous​​ en​​ êtes​​ sûr ?

 

Victor ​​​​ -​​ Il​​ y​​ a​​ longtemps,​​ si​​ longtemps

 

Thalis​​ ​​ -​​ Comment​​ s'appelait-elle ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Colombe

 

Silence​​ 

 

​​ Victor​​ très​​ ému​​ ​​ -​​ Elle​​ ne​​ s'habillait​​ qu'en​​ blanc,​​ toujours​​ en​​ blanc ;​​ les​​ enfants​​ croyaient​​ que​​ c'était​​ une​​ fée​​ et​​ puis​​ la​​ guerre​​ et​​ puis,​​ après,​​ elle​​ n'a​​ plus​​ voulu​​ tourner,​​ encore​​ tourner,​​ elle​​ est​​ parti​​ avec​​ lui

 

Thalis​​ ​​ -​​ Qui​​ lui ?

 

Victor​​ se​​ fâchant ​​​​ -​​ Des​​ questions,​​ toujours​​ des​​ questions.​​ Il​​ vaut​​ mieux​​ tout​​ oublier​​ quand​​ on​​ sait​​ qu'il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ réponse.

 

Thalis​​ conciliant​​ ​​ -​​ Vous​​ avez​​ dû​​ avoir​​ des​​ jours​​ heureux ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Peut-être ;​​ à​​ moins​​ que...

 

Thalis​​ ​​ -​​ Que​​ quoi ?

 

Victor​​ perturbé ​​​​ -​​ Est-ce​​ que​​ c'était​​ moi ?​​ Ou​​ est-ce​​ que​​ ce​​ sont​​ les​​ souvenirs​​ d'un​​ autre ?​​ Tout​​ se​​ brouille.​​ Il​​ passe​​ tellement​​ de​​ monde​​ ici.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Vous​​ jouez​​ au​​ vieil​​ ours,​​ ne​​ parlez​​ à​​ personne,​​ alors​​ le​​ monde....

 

Victor​​ ​​ -​​ Détrompe-toi,​​ avant​​ que​​ tu​​ n'arrives...

 

Thalis​​ riant​​ puis​​ prenant​​ le​​ public​​ à​​ témoin​​ ​​ -​​ Ce​​ serait​​ moi​​ qui​​ vous​​ aurais​​ rendu​​ silencieux ?​​ Je​​ n'y​​ crois​​ pas !​​ Le​​ monde​​ à​​ l'envers !

 

Victor,​​ des​​ silences​​ entre​​ chaque​​ phrase ​​​​ -​​ Peut-être​​ étais-je​​ dans​​ l'attente​​ de​​ quelqu'un ?​​ 

J'allais​​ au​​ devant​​ d'eux,​​ je​​ les​​ interrogeais,​​ je​​ voulais​​ tout​​ savoir​​ de​​ leur​​ vie,​​ du​​ monde​​ là-bas,​​ si​​ inconnu​​ pour​​ moi ;​​ je ​​​​ leur​​ demandais​​ aussi​​ s'il​​ l'avait​​ vue. ​​​​ 

Et​​ puis,​​ je​​ me​​ suis​​ lassé.​​ 

Trop​​ de​​ malheurs,​​ toujours !​​ Trop​​ de​​ regrets ;​​ trop​​ de​​ remords​​ surtout.​​ Ils​​ vomissaient​​ leur​​ vie. ​​​​ Moi,​​ j'ai​​ eu​​ la​​ décence​​ de​​ ne​​ pas​​ étaler​​ mes​​ souffrances,​​ j'ai​​ tout​​ étouffé​​ au​​ risque​​ de​​ m’asphyxier. ​​​​ 

 

Victor​​ se​​ levant,​​ le​​ regard​​ mauvais​​ et​​ montrant​​ La​​ Porte​​ -​​ C'est​​ moi​​ qui​​ les​​ envoyais​​ là-bas​​ pour​​ ne​​ plus​​ les​​ entendre,​​ jérémiades​​ insupportables, ​​​​ pour​​ qu'ils​​ disparaissent​​ enfin,​​ pour​​ toujours.​​ Vermine.

 

Thalis​​ riant​​  ​​​​ -​​ J'ai​​ échappé​​ au​​ massacre !​​ Dîtes-le​​ que​​ vous​​ vouliez​​ quelqu'un​​ pour​​ vous​​ supporter​​ et​​ vous​​ n'avez​​ trouvé​​ que​​ moi !

 

Victor​​ ​​ -​​ Il​​ s'est​​ passé​​ une​​ drôle​​ de​​ chose

 

Thalis ​​​​ -​​ Quoi ?

 

Victor​​ perplexe​​ puis​​ montrant​​ La​​ Porte​​ -​​ Je​​ ne​​ sais​​ pas,​​ quelque​​ chose​​ d'inhabituel.

Toi,​​ non​​ je​​ ne​​ pouvais​​ pas...

 

Thalis​​ ​​ -​​ Mystère.​​ Bon​​ ou​​ mauvais ?​​ Qu'y​​ a-t-il​​ derrière ?​​ L'anéantissement ?​​ Une​​ autre​​ vie ?​​ Une​​ autre​​ dimension ?​​ Les​​ immenses​​ retrouvailles ?​​ 

 

Victor ​​​​ -​​ La​​ source,​​ l'empreinte​​ originelle

 

Thalis​​ ​​ -​​ Le​​ rire ?​​ La​​ beauté ?​​ La​​ tendresse ?​​ Les​​ femmes ?​​ Une​​ femme,​​ l'élue !

 

Victor​​ pas​​ content​​ du​​ tout,​​ se​​ repliant​​ sur​​ lui-même​​ –​​ Ne​​ dis​​ pas​​ de​​ bêtises.​​ Ce​​ serait​​ l'enfer !

 

Thalis​​ ​​ -​​ Curieuse​​ conception !​​ 

 

On​​ entend​​ du​​ bruit​​ provenant​​ du​​ tunnel ;​​ il​​ devient​​ de​​ plus​​ en​​ plus​​ fort

 

Thalis​​ ​​ -​​ Encore !

 

Victor ​​​​ -​​ Oh​​ non,​​ c'est​​ assez​​ pour​​ aujourd'hui !

 

Encore​​ le​​ bruit​​ doublé​​ d'un​​ vagissement​​ de​​ nourrisson

 

Victor​​ assis​​ se​​ relève​​ brusquement ;​​ il​​ ordonne​​ ​​ -​​ Donne-moi​​ ton​​ bras,​​ filons,​​ partons​​ le​​ plus​​ vite​​ possible ;​​ dépêche-toi,​​ mais​​ dépêche-toi​​ donc

 

Sont​​ projetés​​ sur​​ scène​​ une​​ jeune​​ mère,​​ un​​ nourrisson​​ dans​​ les​​ bras.​​ Elle​​ le​​ serre​​ fort​​ contre​​ elle.

 

Victor ​​​​ -​​ Ne​​ te​​ retourne​​ pas,​​ avance,​​ avance,​​ je​​ te​​ dis​​ avance,​​ vite

 

Thalis​​ qui​​ s'est​​ retourné ​​​​ -​​ C'est​​ une​​ femme,​​ elle​​ est​​ jeune,​​ elle​​ est​​ avec​​ son​​ enfant

 

Victor ​​​​ qui​​ continue​​ à​​ le​​ tirer​​ par​​ la​​ manche​​ -​​ Quel​​ âge ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Je​​ ne​​ sais​​ pas​​ 25​​ ans,​​ peut-être​​ un​​ peu​​ plus.

 

Victor​​ ​​ -​​ L'enfant !​​ Pas​​ la​​ mère.​​ Quel​​ âge​​ l'enfant ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Je​​ ne​​ le​​ vois​​ pas,​​ elle​​ le​​ tient​​ serré​​ contre​​ elle ;​​ tout​​ petit,​​ un​​ nourrisson​​ sûrement ;​​ pauvre​​ petit,​​ déjà​​ là !

 

Victor ​​​​ -​​ Il​​ ne​​ tient​​ qu'à​​ elle​​ qu'il​​ reparte.​​ Si​​ elle​​ le​​ lance​​ dans​​ la​​ galerie​​ d'où​​ ils​​ sont​​ venus,​​ il​​ pourra​​ repartir​​ d'où​​ il​​ vient, ​​​​ faire​​ le​​ chemin​​ de​​ retour,​​ sauvé.

 

Thalis ​​​​ -​​ Vous​​ en​​ êtes​​ sûr ?

 

Victor ​​​​ -​​ Oui

 

Thalis ​​​​ -​​ Je​​ cours​​ le​​ dire​​ à​​ sa​​ mère

 

Victor​​ le​​ tirant ​​​​ -​​ N'en​​ fais​​ rien ;​​ cela​​ ne​​ fera​​ que​​ compliquer​​ les​​ choses

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ pourquoi ?​​ Il​​ faut​​ lui​​ dire.

 

Victor ​​​​ martelant​​ ​​ -​​ Parce​​ que​​ je​​ le​​ sais,​​ parce​​ que​​ c'est​​ impossible​​ pour​​ elle, ​​​​ parce​​ qu'elle​​ devrait​​ alors​​ l'abandonner,​​ parce​​ que...​​ 

Ce​​ ne​​ sont​​ pas​​ nos​​ affaires.

 

Thalis​​ se​​ dégageant​​ puis​​ courant​​ vers​​ la​​ femme​​ qui​​ naturellement​​ se​​ dirigeait​​ vers​​ La​​ Porte. ​​ ​​​​ -​​ Vous​​ êtes​​ monstrueux. ​​​​ 

 

Victor​​ s'interroge​​ puis​​ la​​ colère​​ montant​​ -​​ Moi,​​ monstrueux ? ​​ ​​​​ Peut-être.​​ Sûrement,​​ s'il​​ le​​ dit.​​ 

Est-ce​​ ma​​ faute​​ à​​ moi ?​​ 

J'ai​​ tout​​ vu :​​ quand​​ ils​​ débarquent,​​ les​​ autres :​​ les​​ bons​​ sentiments,​​ les​​ pleurs,​​ les​​ solidarités​​ mais​​ devant​​ La​​ Porte :​​ ​​ les​​ trahisons,​​ les​​ plus​​ grandes​​ lâchetés,​​ l'angoisse​​ qui​​ prend​​ aux​​ tripes,​​ la​​ peur,​​ l'immense​​ peur​​ et​​ pourtant​​ ils​​ y​​ vont.​​ 

J'irai,​​ moi​​ aussi,​​ mais​​ seulement​​ quand​​ je​​ le​​ déciderai,​​ je​​ n'en​​ ai​​ pas​​ fini.​​ 

 

Il​​ regarde ​​​​ au​​ loin​​ Thalis​​ qui​​ parle​​ à​​ la​​ mère.​​ La​​ mère​​ recule,​​ revient​​ vers​​ le​​ tunnel,​​ repart,​​ revient​​ encore,​​ hésite,​​ regarde​​ l'enfant ;​​ pas​​ en​​ avant,​​ pas​​ en​​ arrière,​​ puis,​​ comme​​ une​​ folle​​ repliée​​ autour​​ de​​ son​​ enfant,​​ court,​​ trébuche, ​​​​ passe​​ La​​ Porte ;​​ ils ​​​​ disparaissent.​​ 

Thalis​​ est​​ anéanti,​​ il​​ revient​​ à​​ petits​​ pas​​ vers​​ Victor

 

Victor ​​​​ -​​ Pas​​ de​​ commentaires,​​ c'était​​ écrit

 

Thalis ​​​​ -​​ Il​​ était​​ si​​ petit

 

Victor​​ ​​ -​​ Une​​ mère​​ ne​​ se​​ sépare​​ pas​​ de​​ son​​ enfant

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ si​​ elle​​ l'aime,​​ pourquoi​​ ne​​ lui​​ donne-t-elle​​ pas​​ une​​ nouvelle​​ chance​​ de​​ vie ?

 

Victor ​​​​ -​​ Tu​​ as​​ raison​​ « si »​​ elle​​ l'aime.​​ L'amour,​​ c'est​​ une​​ drôle​​ de​​ chose.​​ Les​​ femmes,​​ tu​​ as​​ connu​​ les​​ femmes ?​​ Thalis​​ fait​​ juste​​ un​​ signe​​ de​​ tête​​ ​​ -​​ Les​​ femmes​​ se​​ racontent​​ tellement​​ d'histoires ;​​ ce​​ sont​​ des​​ hystériques. ​​​​ A​​ la​​ première​​ tétée,​​ c'en​​ est​​ fini,​​ ils​​ sont​​ à​​ elles,​​ leurs​​ gosses,​​ rien​​ qu'à​​ elles ;​​ on​​ n'existe​​ plus​​ et​​ surtout​​ on​​ n'a​​ plus​​ rien​​ à​​ dire.​​ Et​​ tu​​ crois​​ que​​ c'est​​ de​​ l'amour ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Qu'est-ce​​ que​​ ce​​ serait​​ d'autre ?​​ 

 

Victor ​​​​ -​​ Elles​​ se​​ donnent​​ l'éternité​​ en​​ se​​ perpétuant​​ et​​ devienne​​ alors​​ le​​ Dieu​​ créateur​​ de​​ l'enfant​​ roi.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Je​​ n'ai​​ pas​​ eu​​ d'enfant,​​ je​​ n'ai​​ pas​​ eu​​ de​​ mère,​​ du​​ moins​​ je​​ ne​​ m'en​​ souviens​​ plus,​​ quant​​ au​​ père,​​ inconnu !​​ Alors​​ je​​ me​​ les​​ suis​​ créés.​​ Lui,​​ il​​ aurait​​ été​​ celui​​ qui​​ m'aurait​​ tout​​ appris​​ et​​ le​​ rempart​​ indéfectible​​ qui​​ m'aurait​​ protégé​​ et​​ elle,​​ la​​ source​​ de​​ toute​​ tendresse.

 

Victor ​​​​ -​​ C'est​​ d'un​​ conventionnel !​​ Ce​​ sont​​ des​​ ogresses,​​ des​​ pieuvres​​ qui​​ étouffent,​​ qui​​ retiennent.​​ Leur​​ amour​​ est​​ tissé​​ de​​ toutes​​ les​​ promesses​​ qu'elles​​ ne​​ tiendront​​ jamais.​​ Regarde​​ celle-là,​​ elle​​ avait​​ le​​ choix,​​ le​​ renvoyer​​ vers​​ la​​ vie​​ ou​​ non,​​ elle​​ a​​ préféré,​​ au​​ nom​​ de​​ ce​​ qu'elle​​ nomme​​ amour,​​ et​​ que​​ j'appelle​​ possession,​​ le​​ serrer​​ contre​​ elle​​ et​​ basculer​​ avec​​ lui​​ dans​​ le​​ vide.

 

Thalis ​​​​ -​​ D'abord,​​ on​​ ne​​ sait​​ pas​​ ce​​ qu'il​​ y​​ a​​ derrière.​​ Pourquoi​​ le​​ vide ?​​ Moi​​ j'y​​ vois​​ autre​​ chose,​​ et​​ cette​​ autre​​ chose​​ est​​ peut-être​​ merveilleuse.​​ Ensuite,​​ la​​ vie​​ sans​​ elle,​​ orphelin​​ dès​​ le​​ premier​​ jour,​​ elle​​ a​​ peut-être​​ pensé​​ que​​ ce​​ serait​​ encore​​ pire​​ pour​​ lui.

 

Victor ​​​​ -​​ Une​​ égoïste,​​ oui,​​ qui​​ ne​​ lui​​ a​​ laissé​​ aucune​​ chance.​​ Son​​ bien,​​ elle​​ ne​​ voulait​​ pas​​ se​​ départir​​ de​​ son​​ bien.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Non,​​ non,​​ je​​ ne​​ veux​​ pas,​​ regardez-les,​​ imaginez-les​​ maintenant, ​​​​ elle​​ le​​ nourrit​​ encore,​​ le​​ réchauffe,​​ ce​​ ne​​ peut​​ être​​ autrement !

 

Victor​​ sceptique.​​ Silence​​ puis ​​​​ -​​ Elle​​ t'a​​ manqué​​ tant​​ que​​ cela​​ ta​​ mère ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Les​​ deux​​ m'ont​​ manqué,​​ oui ​​ tellement​​ manqué!​​ Mon​​ père,​​ ma​​ mère !

En​​ même​​ temps,​​ j'ai​​ eu​​ tellement​​ de​​ pères​​ et​​ mères​​ que​​ c'était​​ bon !​​ ​​ 

 

Silence ;​​ interrogation​​ dans​​ l’œil​​ de​​ Victor​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ Je​​ me​​ les​​ suis​​ crées ;​​ à​​ 4-5​​ ans​​ mon​​ père​​ était​​ pompier​​ et​​ ma​​ mère​​ une​​ fée​​ toute​​ enveloppée​​ de​​ voiles​​ blancs étincelants. ​​​​ Le​​ soir,​​ dans​​ mon​​ lit,​​ je​​ les​​ voyais,​​ ils​​ venaient​​ tous​​ les​​ jours​​ et​​ c'était​​ la​​ fête !​​ 

Plus​​ tard,​​ ils​​ ont​​ tout​​ fait​​ pour​​ moi ;​​ il​​ m'a​​ emmené​​ partout,​​ explorateur,​​ à​​ la​​ chasse​​ aux​​ lions,​​ sur​​ des​​ vaisseaux​​ spatiaux.​​ Elle​​ était​​ danseuse,​​ la​​ plus​​ belle​​ des​​ danseuses,​​ magique,​​ capable​​ d'allumer​​ les​​ étoiles.​​ 

Il​​ était​​ grand,​​ il​​ était​​ fort,​​ il​​ me​​ disait​​ « Fonce,​​ vas-y,​​ n'aie​​ pas​​ peur,​​ je​​ suis​​ là »​​ et​​ j'avais​​ alors​​ tous​​ les​​ courages.​​ 

Elle,​​ elle​​ …,​​ que​​ je​​ l'ai​​ aimée,​​ elle.​​ Aussi​​ douce​​ qu'un​​ oiseau,​​ aussi​​ généreuse​​ que​​ la​​ pluie​​ qui​​ tombe​​ en​​ août​​ sur​​ des​​ sols​​ arides,​​ tiède,​​ nourricière.​​ Ma​​ mère...

 

Victor​​ bourru,​​ puis​​ se​​ ​​ radoucissant​​ -​​ Bon​​ ça​​ va ;​​ du​​ cinéma...

Du​​ beau​​ cinéma. ​​​​ 

 

A​​ nouveau​​ rude​​ ​​ -​​ Mon​​ manteau,​​ où​​ est​​ mon​​ manteau ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Vous​​ l'avez​​ sur​​ le​​ dos.​​ 

 

Silence

 

Thalis​​ ​​ -​​ Pourquoi​​ le​​ réclamez​​ -vous​​ toujours ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Pourquoi​​ pas ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Vous​​ vous​​ cachez​​ dedans ;​​ qu'avez-vous​​ à​​ dissimuler ?

Vous,​​ peut-être ?

 

Victor ​​​​ -​​ Ridicule !

 

Thalis ​​​​ -​​ Il​​ ne​​ fait​​ ni​​ chaud,​​ ni​​ froid​​ ici ;​​ pas​​ de​​ jour,​​ pas​​ de​​ nuit ;​​ ni​​ soleil,​​ ni​​ lune ;​​ ni​​ envie,​​ ni​​ dégoût ;​​ ni​​ désir,​​ ni​​ plaisir ;​​ vous​​ seul​​ êtes​​ en​​ colère​​ mais​​ contre​​ quoi,​​ contre​​ qui​​ puisqu'il​​ n'y​​ a​​ rien ?​​ Pas​​ une​​ herbe,​​ pas​​ un​​ arbre,​​ rien...​​ Qu'attendez-vous ?

 

Victor ​​​​ -​​ Tu​​ ne​​ peux​​ pas​​ comprendre

 

Thalis​​ ​​ -​​ Dites​​ toujours,​​ j'essaierai

 

Victor​​ changeant​​ de​​ conversation​​ ​​ -​​ Où​​ sont-ils​​ tes​​ amoureux ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Ailleurs,​​ ils​​ vont​​ revenir

 

Victor​​ ricanant​​ puis​​ s'énervant​​ -​​ Pas​​ d'autre​​ choix.​​ Je​​ ne​​ veux​​ pas​​ qu'ils​​ restent.​​ Qu'ils​​ fichent​​ le​​ camp

 

Thalis​​ ​​ -​​ Mais​​ pourquoi ?

 

Victor​​ ​​ -​​ Je​​ suis​​ mieux​​ seul​​ avec​​ toi

 

Thalis​​ ​​ -​​ Elle​​ est​​ drôle,​​ gaie​​ et​​ belle ;​​ cela​​ nous​​ changera !

 

Victor ​​​​ -​​ Quand​​ elle​​ aura​​ compris,​​ quelle​​ désillusion !​​ Il​​ ne​​ faut​​ pas​​ qu'elle​​ reste,​​ je​​ ne​​ veux​​ pas​​ la​​ voir ;​​ chasse-les,​​ renvoie-les.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Allez​​ plutôt​​ ailleurs,​​ vous !

 

Victor​​ ​​ -​​ Où ? ​​​​ Tu​​ le​​ sais​​ bien​​ qu'il​​ n'y​​ a​​ pas​​ d'ailleurs ;​​ tout​​ est​​ désolation

 

Thalis ​​​​ -​​ Pour​​ vous.​​ Pas​​ pour​​ moi​​ et​​ peut-être​​ pas​​ pour​​ elle !

 

Victor ​​​​ -​​ Faribole.​​ Tu​​ t'ennuies​​ avec​​ moi,​​ dis-le

 

Thalis​​ ​​ -​​ Non,​​ non​​ mais...

 

Victor​​ ​​ -​​ Je​​ ne​​ suis​​ qu'un​​ vieux​​ croûton​​ qui​​ n’intéresse​​ personne.​​ ​​ 

 

Victor​​ en​​ aparté,​​ tout​​ doucement ​​​​ -​​ J'aurais​​ aimé​​ la​​ revoir,​​ une​​ fois​​ encore.​​ 

 

Thalis​​ qui​​ a​​ entendu,​​ de​​ même​​ ​​ -​​ Colombe ?

 

Victor​​ sursautant​​ ​​ -​​ Comment​​ le​​ sais-tu ?​​ Qui​​ te​​ l'a​​ dit ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Vous,​​ juste​​ avant​​ qu'ils​​ n'arrivent, ​​​​ à​​ moins​​ que​​ ce​​ soit​​ après ;​​ cette​​ femme​​ avec​​ l'​​ enfant​​ m'a​​ bouleversé.

 

Victor​​ ​​ -​​ Qu'est-ce​​ qui​​ t'arrive ?​​ On​​ en​​ a​​ vu​​ d'autres​​ et​​ bien​​ pires.​​ Tu​​ n'as​​ rien​​ dit.

Tous​​ ceux​​ qui​​ n'avaient​​ pas​​ réglé​​ leurs​​ comptes,​​ les​​ porteurs​​ de​​ secrets,​​ les​​ malfaisants​​ que​​ leur​​ conscience​​ in​​ extremis​​ avait​​ rattrapés, ​​​​ tous​​ ceux​​ qui​​ attendaient​​ demain​​ pour​​ enfin​​ faire​​ la​​ paix​​ avec​​ leurs​​ proches,​​ leurs​​ voisins,​​ les​​ autres,​​ et​​ qui​​ n'en​​ avaient​​ pas​​ eu​​ le​​ temps​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ Faire​​ la​​ paix ?​​ Mais​​ le​​ monde​​ n'est​​ pas​​ en​​ guerre​​ partout.​​ Il​​ y​​ a​​ des​​ gens​​ heureux,​​ il​​ y​​ a​​ des​​ gens​​ qui​​ « ​​ ne​​ voient​​ en​​ chaque​​ chose​​ que​​ des​​ choses​​ jolies » ;​​ c'était​​ une​​ chanson,​​ là-bas, ​​​​ et​​ je​​ ne​​ l'ai​​ pas​​ oubliée !

 

Victor​​ ​​ -​​ Brel

 

Thalis ​​​​ -​​ Vous​​ la​​ connaissez ?

 

Victor ​​​​ -​​ Oui

 

Thalis​​ ​​ -​​ Alors​​ chantez-la​​ plutôt​​ que​​ vos​​ comptines​​ pourries.​​ 

 

Long​​ silence. ​​​​ ​​ 

 

Thalis​​ ​​ -​​ Ce​​ bébé​​ qui​​ pleurait.​​ Je​​ l'entends​​ encore ;​​ Je​​ crois​​ que​​ j'aurais​​ fait​​ comme​​ elle.

 

Victor​​ ​​ -​​ Je​​ t'ai​​ dit​​ ce​​ que​​ j'en​​ pensais.​​ Les​​ femmes...​​ J'en​​ voyais​​ tant et​​ tant;​​ écoute​​ moi​​ bien​​ et​​ je​​ ne​​ te​​ raconte​​ pas​​ d'histoires,​​ elles​​ me​​ les​​ amenaient​​ pour​​ s'en​​ débarrasser.​​ Occasion​​ de​​ bavarder​​ comme​​ des​​ pies​​ avec​​ les​​ copines,​​ pendant​​ ce​​ temps-là,​​ le​​ gosse​​ tournait.​​ Et​​ puis,​​ tout​​ d'un​​ coup,​​ quand​​ elles​​ l'avaient​​ décidé,​​ au​​ moment​​ où​​ le​​ gamin,​​ étourdi,​​ se​​ prenait​​ enfin​​ pour​​ le​​ conducteur​​ de​​ la​​ moto​​ ou​​ de​​ l'engin​​ spatial,​​ elles​​ te​​ l'attrapaient,​​ le​​ faisaient​​ descendre​​ et​​ l'embarquaient.​​ Ils​​ hurlaient​​ tous !​​ Petit​​ silence ​​​​ - ​​​​ Non,​​ ne​​ hurlaient​​ que​​ ceux​​ qui​​ étaient​​ encore​​ vivants,​​ les​​ autres,​​ des​​ larves,​​ ils​​ étaient​​ déjà​​ des​​ larves.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Vous​​ déraillez complètement ;​​ moi​​ aussi​​ je​​ les​​ ai​​ vues​​ ces​​ mamans​​ et​​ leurs​​ petits​​ et​​ si​​ j'avais​​ pu​​ être​​ leur​​ petit... ​​​​ Elles​​ riaient,​​ les​​ appelaient,​​ faisaient​​ des​​ « coucous »,​​ prenaient​​ des​​ photos​​ 

 

Victor​​ ​​ -​​ Bonne​​ conscience !​​ 

 

Thalis​​ faisant​​ apparemment​​ des​​ efforts​​ pour​​ se​​ rappeler​​ de​​ quelque​​ chose​​ -​​ Je​​ crois,​​ non​​ maintenant​​ j'en​​ suis​​ sûr, ​​​​ j'​​ en​​ ai​​ fait​​ un​​ de​​ tour,​​ un​​ seul.​​ Je​​ me​​ vois​​ encore.​​ La​​ mère​​ de...​​ Comment​​ s'appelait-il ?​​ La​​ mère​​ d’Amédée,​​ c'est​​ ça,​​ Amédée​​ mon​​ copain​​ à​​ la​​ petite​​ école,​​ j'étais​​ là,​​ elle​​ m'a​​ dit​​ « grimpe ».​​ 

Heureux,​​ ce​​ jour​​ là,​​ j'ai​​ été​​ heureux​​ comme​​ un​​ roi !​​ Les​​ jours​​ d'après​​ je​​ les​​ ai​​ attendus,​​ ils​​ ne​​ sont​​ jamais​​ revenus.

 

Victor ​​​​ -​​ Tu​​ n'as​​ rien​​ perdu !​​ 

 

Thalis​​ se​​ rebellant​​ puis​​ plongeant​​ dans​​ la​​ tristesse​​ -​​ Pourquoi​​ vouloir​​ tout​​ décider​​ pour​​ les​​ autres ?​​ Je​​ les​​ regrette,​​ moi, ​​​​ ces​​ tours​​ de​​ manège​​ non​​ faits,​​ que​​ vous​​ le​​ vouliez​​ ou​​ non !

Alors​​ je​​ les​​ ai​​ rêvés​​ et​​ j'allais​​ loin,​​ très​​ loin,​​ je​​ chevauchais​​ des​​ dragons,​​ j'étais​​ un​​ astronaute​​ perdu​​ dans​​ l'espace,​​ des​​ trucs​​ de​​ gosse.​​ De​​ pauvre​​ gosse.

 

Victor​​ adouci​​ ​​ -​​ Le​​ manque​​ exacerbe​​ l'envie,​​ c'est​​ certain.​​ Nous​​ sommes​​ débarrassés​​ de​​ ça​​ ici ;​​ bien​​ sûr​​ tout​​ manque​​ mais​​ grâce​​ à​​ Dieu​​ nous​​ n'avons​​ plus​​ d'envies,​​ plus​​ de​​ goût​​ pour​​ rien,​​ plus​​ de​​ désir.

 

Thalis ​​​​ -​​ Vous​​ n'avez​​ plus​​ d'envies !

​​ 

Silence​​ 

 

Thalis ​​​​ -​​ En​​ plus,​​ ce​​ n'est​​ pas​​ vrai.​​ Colombe,​​ vous​​ attendez​​ Colombe.

 

Victor​​ se​​ redressant​​ et​​ criant ​​​​ -​​ Tais-toi !​​ Tais-toi !​​ Je​​ t'interdis,​​ elle​​ n'est​​ pas​​ là,​​ elle​​ ne​​ peut​​ pas​​ être​​ là,​​ je​​ le​​ sais...

 

Thalis ​​​​ -​​ Mais​​ qu'est-ce​​ qui​​ vous​​ arrive ?​​ Calmez-vous,​​ calmez-vous !

 

Entrent​​ Romeo​​ et​​ Juliette.​​ Romeo​​ a​​ l'air​​ sombre,​​ Juliette​​ toujours​​ primesautière

 

Juliette ​​​​ -​​ Ne​​ criez​​ pas​​ comme​​ ça,​​ c'est​​ mauvais​​ pour​​ vous,​​ il​​ est​​ gentil,​​ vous​​ allez​​ vous​​ rendre​​ malade

 

Victor​​ entre​​ ses​​ dents​​ ​​ -​​ Vous,​​ occupez-vous​​ de​​ vous​​ et​​ fichez​​ le​​ camp ;​​ au​​ diable !

 

Juliette​​ à​​ Thalis ​​ ​​ -​​ Que​​ lui​​ arrive​​ t-il ?​​ Il​​ n'est​​ vraiment​​ pas​​ content,​​ on​​ l'entend​​ de​​ loin

 

Thalis ​​​​ fait​​ le​​ signe​​ qu'il​​ ne​​ comprend​​ pas.

 

Victor​​ qui​​ a​​ entendu,​​ hurlant​​ puis​​ retombant​​ désespéré​​ ​​ -​​ Il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ près,​​ il​​ n'y​​ a​​ pas​​ de​​ loin.

C'est​​ le​​ prix​​ à​​ payer​​ pour​​ nos​​ ignominies. ​​​​ 

 

Il​​ s'approche​​ de​​ La​​ Porte.​​ Thalis​​ se​​ précipite,​​ le​​ retient,​​ l'emmène​​ en​​ le​​ soutenant​​ de​​ l'autre​​ côté​​ de​​ la​​ scène.

 

Thalis​​ ​​ -​​ Asseyez-vous.​​ Tout​​ doux,​​ tout​​ doux...​​ Mettez​​ votre​​ manteau,​​ reposez-vous.

 

Romeo​​ qui​​ regarde​​ la​​ scène​​ de​​ loin ​​​​ -​​ C'est​​ impossible​​ de​​ vivre​​ ici !​​ On​​ va​​ devenir​​ fous

 

Juliette​​ ​​ -​​ C'est​​ mieux​​ que​​ là-bas,​​ rappelle-toi,​​ mon​​ frère​​ voulait​​ te​​ tuer.​​ Jamais​​ nous​​ n'aurions​​ pu​​ vivre​​ au​​ grand​​ jour​​ notre​​ amour

 

Romeo​​ ​​ -​​ Au​​ grand​​ jour !​​ Juliette​​ arrête​​ de​​ jouer​​ à​​ la​​ petite​​ fille,​​ c'est​​ assommant​​ à​​ la​​ longue.​​ Tu​​ le​​ vois​​ le​​ grand​​ jour​​ ici ?​​ Il​​ aurait​​ mieux​​ valu​​ disparaître.

 

Juliette​​ ​​ -​​ Disparaître,​​ tu​​ veux​​ dire​​ mourir​​ mais​​ je​​ t'aurais​​ perdu​​ à​​ tout​​ jamais !​​ Embrasse-moi.​​ Embrasse-moi​​ vite.

 

Non​​ seulement,​​ il​​ ne​​ le​​ fait​​ pas​​ mais​​ il​​ recule​​ un​​ peu.​​ Thalis​​ revient

 

Thalis​​ ​​ -​​ Excusez-le,​​ il​​ a​​ de​​ temps​​ en​​ temps​​ des​​ crises​​ comme​​ celle-là.​​ 

 

Juliette ​​​​ sourit​​ -​​ Il​​ vous​​ a,​​ il​​ devrait​​ être​​ heureux.​​ Vous​​ le​​ connaissez​​ depuis​​ longtemps ?

 

Thalis ​​​​ -​​ Je​​ ne​​ sais​​ pas ;​​ vous​​ savez,​​ ici...

 

Romeo​​ ​​ -​​ Ici,​​ c'est​​ insupportable,​​ ici​​ je​​ n'y​​ comprends​​ rien,​​ il​​ faut​​ partir

 

Thalis​​ ​​ -​​ Impossible

 

Juliette​​ ​​ -​​ Alors​​ il​​ faut​​ faire​​ quelque​​ chose,​​ changer

 

Romeo​​ brutal​​ ​​ -​​ Quoi ?

 

Juliette​​ regardant​​ autour​​ d'elle,​​ allant​​ vers​​ Thalis ​​​​ -​​ Changer...de​​ décor ;​​ on​​ le​​ peut​​ n'est-ce​​ pas ?

 

Thalis​​ ​​ -​​ Tous​​ ne​​ le​​ peuvent​​ pas

 

Juliette​​ ​​ -​​ Essayons

 

Romeo​​ agressif​​ -​​ Tu​​ es​​ d'une​​ bêtise,​​ tu​​ n'as​​ rien​​ compris,​​ c'est​​ une​​ prison​​ ici,​​ un​​ mouroir,​​ nous​​ n'en​​ sortirons​​ jamais !

 

Victor​​ au​​ loin​​ gesticulant,​​ montrant​