La robe de mariée

Elles étaient assises dans l’herbe. L’une, frileuse, le cou dans les épaules, les genoux sur la poitrine, tentait, au risque de l’abîmer, de tenir tout entière dans son pull de laine en cashmere gris clair ; de loin elle ressemblait à un gros œuf surmonté d’une touffe de cheveux roux. De plus près,une bouche écarlate, de…

Poursuivre la lecture →

La vache

La carte postale est arrivée ce matin au courrier. Un coin bleu vif dépassait des journaux ; je l’ai tout de suite saisie pour qu’elle ne tombe pas à terre. Une vache ! Qui a osé m’envoyer une vache et… quelle vache ! Ou plutôt, qui s’est rappelé de mon amour des vaches ? L’entrée de l’immeuble est sombre…

Poursuivre la lecture →

1 Commentaire

Le jour où Emilie quitta son mari

Le jour où Emilie quitta son mari commença comme à peu près comme n’importe que jour et pourquoi en aurait-il été autrement ? Il pleuvait, de cette pluie froide et fine qui depuis trois jours n’arrêtait pas de tomber. Le ciel était bas, aucun espoir de changement. Un matin comme les autres. Il se leva pesamment, se pencha, chercha…

Poursuivre la lecture →

Les amoureux

Que sont-ils devenus ces amoureux qui se croyaient seuls au monde ? Ils étaient assis l’un à coté de l’autre sur une banquette en vieux cuir fendillé d’un café d’autrefois. Devant eux, une table en bois, en bois brut, épais. Avant eux, tant de gens s’y étaient succédés qu’elle devait être, par endroit, un peu poisseuse….

Poursuivre la lecture →

Métamorphose

Le réveil a sonné. J’ai ouvert les yeux ; la chambre était plongée dans la pénombre. Au travers des persiennes de pâles rayons de lumière. La masse des doubles rideaux sombres encadrait la fenêtre. La lampe témoin du radiateur, petite lampe rouge s’est allumée, faisant entendre un tout petit clic. Il doit faire froid dehors ai-je…

Poursuivre la lecture →

Petit meurtre de rien du tout

C’est comme ça, elle l’a tué ; il n’avait qu’à pas laisser traîner son fusil de chasse ; et chargé en plus, c’est dangereux n’est-ce-pas ? Oh, il a eu le bon goût de s’écrouler, tout d’un coup comme si le sol s’était dérobé sous ses pieds. Pas de dernier regard ni stupéfait ni suppliant, donc, pas de…

Poursuivre la lecture →

Rappelle-toi

Ce récit est composé de 3 parties racontées par trois personnes différentes. Rappelle-toi, rappelle-toi jamais elle n’a dit un mot plus haut qu’un autre, jamais elle ne nous a grondées. Silencieuse, souriante, un rien figée, elle nous regardait et nous arrêtions alors immédiatement de nous disputer. Rappelle-toi sa douceur et ses rides, ses cheveux relevés…

Poursuivre la lecture →

Titi

Angela, son filet à provision à la main, engoncée dans son vieux manteau marron, couru comme si des diables la poursuivaient. Et c’était le cas. Comment dire aux autres, qu’elle venait de voir et, croyez-moi il n’y avait aucun doute là-dessus, elle venait de voir derrière le platane, sa vieille cousine Anna, son fichu noir…

Poursuivre la lecture →