La douleur du mot

M’asseoir devant ma fenêtre, ne pas me laisser distraire, jeter furtivement un vague coup d’œil à l’extérieur, tout est en place, rien n’a changé ; seules quelques feuilles du platane ont du encore tomber cette nuit, l’arbre semble plus squelettique qu’hier et laisse deviner ses moignons ; coupes assassines, que serait-il si personne jamais ne l’avait amputé ? Prendre…

Poursuivre la lecture →

Jeanne au château

Cette histoire est autobiographique et ce, dans les moindres détails. Je vais m’attacher à ne vous narrer que la vérité ce qui, vous le savez, est « la » difficulté. La tentation est grande de rajouter un détail, de tricher un peu pour inciter au sourire, à l’indulgence, au pardon… Rien de tout cela ici ; je jure…

Poursuivre la lecture →

Mieux vaut un mot vrai que de grands discours. On cache beaucoup de choses derrière des flots de paroles : peur, émotions, sentiments et même… sa nullité!

Toute action, toute création oblige à avancer d’un pas et à accomplir une nouvelle action plus exigeante, une nouvelle création plus élaborée.

Titi

Angela, son filet à provision à la main, engoncée dans son vieux manteau marron, couru comme si des diables la poursuivaient. Et c’était le cas. Comment dire aux autres, qu’elle venait de voir et, croyez-moi il n’y avait aucun doute là-dessus, elle venait de voir derrière le platane, sa vieille cousine Anna, son fichu noir…

Poursuivre la lecture →