Petit meurtre de rien du tout

C’est comme ça, elle l’a tué ; il n’avait qu’à pas laisser traîner son fusil de chasse ; et chargé en plus, c’est dangereux n’est-ce-pas ? Oh, il a eu le bon goût de s’écrouler, tout d’un coup comme si le sol s’était dérobé sous ses pieds. Pas de dernier regard ni stupéfait ni suppliant, donc, pas de…

Poursuivre la lecture →

La douleur du mot

M’asseoir devant ma fenêtre, ne pas me laisser distraire, jeter furtivement un vague coup d’œil à l’extérieur, tout est en place, rien n’a changé ; seules quelques feuilles du platane ont du encore tomber cette nuit, l’arbre semble plus squelettique qu’hier et laisse deviner ses moignons ; coupes assassines, que serait-il si personne jamais ne l’avait amputé ? Prendre…

Poursuivre la lecture →

Jeanne au château

Cette histoire est autobiographique et ce, dans les moindres détails. Je vais m’attacher à ne vous narrer que la vérité ce qui, vous le savez, est « la » difficulté. La tentation est grande de rajouter un détail, de tricher un peu pour inciter au sourire, à l’indulgence, au pardon… Rien de tout cela ici ; je jure…

Poursuivre la lecture →

Titi

Angela, son filet à provision à la main, engoncée dans son vieux manteau marron, couru comme si des diables la poursuivaient. Et c’était le cas. Comment dire aux autres, qu’elle venait de voir et, croyez-moi il n’y avait aucun doute là-dessus, elle venait de voir derrière le platane, sa vieille cousine Anna, son fichu noir…

Poursuivre la lecture →

La robe de mariée

Elles étaient assises dans l’herbe. L’une, frileuse, le cou dans les épaules, les genoux sur la poitrine, tentait, au risque de l’abîmer, de tenir tout entière dans son pull de laine en cashmere gris clair ; de loin elle ressemblait à un gros œuf surmonté d’une touffe de cheveux roux. De plus près,une bouche écarlate, de…

Poursuivre la lecture →

La maison rouge

Le chemin a été long, très long pour y arriver. J’ai traversé l’Oural, franchi les montagnes des Carpates, parcouru des kilomètres, marché le long des chemins. Il n’y a  plus rien. J’arrive enfin. J’ai vu des multitudes, des gens de toutes races, de toutes couleurs, des foules, de petits groupes, des pèlerins solitaires. Depuis longtemps…

Poursuivre la lecture →

Les amoureux

Que sont-ils devenus ces amoureux qui se croyaient seuls au monde ? Ils étaient assis l’un à coté de l’autre sur une banquette en vieux cuir fendillé d’un café d’autrefois. Devant eux, une table en bois, en bois brut, épais. Avant eux, tant de gens s’y étaient succédés qu’elle devait être, par endroit, un peu poisseuse….

Poursuivre la lecture →